Pourquoi nous avons refusé l’offre des dragons

par Mylène Cusson juin 25, 2018

Récemment, nous avons eu l’opportunité d’entrer dans l’univers télévisuel québécois. Et oui, nous nous sommes lancées dans la gueule du loup et même si c’est avec un peu d’appréhension, nous avons décidé de nous inscrire à l’émission Dans l’œil du dragon.

Nous ne vous cacherons pas que pour faire croître une entreprise, le nerf de la guerre c’est les liquidités de celle-ci. Ces liquidités sont nécessaires pour le développement de nouveaux produits, atteindre de nouveaux clients et croître dans de nouveaux marchés. C’est dans cette optique que nous avons décidé de participer à cette émission tant connue au Québec afin de trouver un partenaire stratégique qui saurait participer à la croissance de Kanevas.

Une émission d’une telle envergure signifiait pour nous beaucoup de préparation. Nous avons travaillé dure pour établir nos stratégies de commercialisation à long terme, monter notre plan marketing, déterminer les coûts et faire une prévision des ventes à court et moyen terme. On a travaillé fort! Nous nous sommes également assurées d’être prêtes pour l’entrevue devant les dragons en nous pratiquant durant de longues heures.

Vous pouvez imaginer que cette expérience fut remplie d’adrénaline. Ce n’est pas tous les jours que nous avons la chance de présenter notre entreprise devant des entrepreneurs chevronnés et de se mettre à nu devant tout le Québec. Bien qu’elle vienne avec son lot de stress, il s’agit d’une expérience incroyable!

Plusieurs se demanderont : Mais pourquoi avoir refusé l’offre de M. Archambault?

Vous le savez peut-être déjà, mais Kanevas est détenu par deux comptables de formation. Les chiffres, nous on connait ça et on en mange!

Avant l’enregistrement de l'émission Dans l'oeil du Dragon, sur les ondes d'ici Radio-Canada télé, nous avions donc déterminé la valorisation de notre entreprise avec nos projections futures. Après de longues heures de discussions, nous avions décidé le nombre d’actions que nous étions prêtes à laisser partir en échange de 50 000$.

Il faut comprendre que nous avons une vision claire pour Kanevas. Nous sommes conscientes que pour devenir une marque reconnue à l’internationale, Kanevas va probablement recourir à plusieurs rondes de financement dans le futur. Donner un plus grand nombre d’actions signifiait diminuer la valeur de notre entreprise en plus de laisser moins de place à de futurs actionnaires.

Et parlons redevance. Les redevances sur les ventes diminuent significativement la marge brute de l’entreprise en plus d’affecter les liquidités à court terme. Cela veut dire qu’après le versement des redevances, il reste moins d’argent à l’entreprise pour croître. Comme expliqué plus haut, les liquidités c’est ce qu’il y a de plus précieux pour une jeune entreprise. C’est pour cette raison, qu’on s’était entendues, avant même de se rendre sous le spotlight, que nous n’accepterions pas de redevances.

Nous aurions été plus qu’honorées de travailler en collaboration avec M. Archambault lors de notre passage à Dans l'oeil du Dragon, toutefois, nous ne voulions pas aller à l’encontre de notre plan. Qui sait peut-être qu’un jour nos chemins se croiseront à nouveau!





Mylène Cusson
Mylène Cusson

Auteur


Laisser un commentaire

Les commentaires sont approuvés avant leur publication.